Chapelle Saint NICOLAS
Commune de GUER
Mise à jour : 24 septembre 2016
Chapelle Saint Nicolas de Guer ; extérieur en août 2011 et intérieur en sept. 2015 : Survolez l’image avec la souris pour le découvrir !
La chapelle Saint Nicolas, du village éponyme, en Guer (près du château de Coëtbo) menace ruine ; interdite aux offices et à la visite pour risque d’écroulement du pignon ouest totalement gorgé d’eau, ne peut rester en l’état. L’édifice primitif date du XIIe siècle ; la chapelle actuelle, comme la croix de granit classée, remonte au XVIe. Composante majeure du patrimoine de ce village vieux de 900 ans, cette chapelle mérite d’être sauvée.

Partant de ce constat, trois Guérois passionnés de généalogie, de patrimoine et d’histoire : Roger Molac, David Colléaux et Nicolas Garel, ont créé une association : la S.A.G.H.P.G.. Société Archéologique, Généalogique et Historique du Pays de Guer.
Le 14 novembre 2009, dans la grande salle du foyer logement à Guer, ils présentent leurs projets. Le premier d’entre eux sera le sauvetage de la chapelle, propriété de la commune, “dont le pignon Ouest présente des fissures préoccupantes” ; le mur s’écarte de la toiture et risque de s’écrouler.

Cette association succède à celle créée en 1971 par Roger Molac : “les Amis du Patrimoine Civil et Religieux” et qui fut mise en sommeil quelques années plus tard pour cause de désaccord avec la municipalité sur le sort réservé à une autre chapelle Guéroise : la chapelle Saint Marc. L’association avec notamment l’architecte guérois Jean Blécon avait effectué un travail de recherche considérable, consulté les archives, déniché des statues dans les chapelles, inventorié les croix et calvaires etc..

Les objectifs de la S.A.G.H.P.G. sont ambitieux : Sensibiliser les habitants au patrimoine local. Rechercher, étudier, décrire les monuments et objets anciens. Veiller à leur conservation et sauvegarder les monuments en péril. Pour les différentes études, l’association repose sur les bénévoles ; quand aux travaux, outre les subventions communautaires qu’ils espèrent bien obtenir, ils comptent bien entendu sur les dons des particuliers.

Saint Nicolas de Guer
Saint Nicolas : Saint patron des enfants, des épouses, des femmes, des célibataires, des prêteurs sur gages, des voyageurs, des pèlerins, des navigateurs et des pilotes de la marine, saint protecteur contre les dangers des voyageurs. Saint Nicolas de Myre ou de Bari, est né vers 270 dans la ville de Patara au sud-ouest de l’actuelle Turquie près d’Antalya.

Les plus célèbres légendes de Saint Nicolas :
La première raconte son intervention pour sauver l’honneur de trois soeurs frappées par la pauvreté ; leur père ne pouvait pas leur donner une dot et, désespéré, s’apprêtait à les livrer à la prostitution. L’ayant appris, Nicolas vint secrètement, de nuit, jeter par la fenêtre de leur maison un sac contenant assez d’or pour la dot d’une des soeurs, et refit deux fois le même geste. Pour cette raison, l’enseigne traditionnelle des prêteurs sur gage consiste en trois sacs d’or.
Avec le temps cette légende s’est déformée et les trois sacs d’or sont devenus des têtes d’enfants assassinés, que Nicolas aurait découverts et rendus à la vie.
Une autre légende est le célèbre épisode des trois jeunes gens assassinés par un aubergiste et ressuscités par Saint Nicolas, et aussi, l’enfant d’un couple dévoué à Saint Nicolas resté seul à la maison. Un soir, le diable déguisé lui demande du pain ; dès que celui-ci le lui apporte, le diable le saisit et l’étrangle. Alerté, Saint Nicolas vient le ressusciter. Saint Nicolas devient ainsi, tout à fait légitimement, le patron des écoliers, des enfants, des célibataires.
Parce qu’il était patron des enfants, sa fête est l’occasion de leur faire des cadeaux. Saint Nicolas est devenu ainsi le prédécesseur du Père Noël. La chanson populaire « ils étaient trois petits enfants » raconte à sa façon sa légende. La coutume du cadeau discrètement offert la nuit fut d’abord pratiquée le jour de la Saint Nicolas (6 décembre), puis repoussée au 25 décembre.

Statues de St Nicolas et des trois enfants, en bois polychrome, de la chapelle communale.

- La légende de Saint Nicolas et des trois petits anges (1). Au temps des “Bonnets rouges” (révolte Bretonne en 1675), une mère, revenant du lavoir, trouva ses trois petits garçons inanimés, victimes de la barbarie des révoltés qui n’épargnaient personne. Aussitôt la mère les porta devant la statue de Saint Nicolas qui les ressuscita et les rendit à leur mère.
Mais les enfants ayant reproché à leur mère de les avoir ainsi retirés du séjour des bienheureux, elle retourna vers la statue, suppliant le saint de les reprendre pour Dieu et dans leur intérêt.
Saint Nicolas l’exauça de nouveau et l’âme des petits s’en retourna vers Dieu. Néanmoins, pour consoler la mère et la récompenser de son sacrifice, il voulut lui laisser leurs portraits. Les trois gracieuses statuettes en bois revêtues de blancs surplis, les mains jointes et les traits rappelant, dit-on, à s’y méprendre les trois enfants ravis au ciel.
(1) adaptation locale de la légende, rapportée par l’Abbé Jacques-Marie LE CLAIRE (1853-1930), dans son livre “GUER” paru en 1915.

Face au Levant Face au Couchant Christ dans le pignon ouest
La face au levant du calvaire représente
le Christ en croix, la Vierge et Saint Jean
Calvaire en granit devant la chapelle.
La face au couchant, évoque la “Déposition”
du Christ au tombeau (14e station)
Christ en croix, pierre sculptée
enchâssée dans le pignon ouest
Le socle du calvaire représentant une Piéta est orné de quatre sculptures représentant les 4 évangélistes. Seuls vraiment
reconnaissables : l’homme (St Matthieu) sous la forme d’un Berger au Nord-Est et le taureau (St Luc) au Sud-Est. Le lion (St Marc)
sous la forme d’un mouton au Nord-Ouest et l’aigle (St Jean) au Sud-ouest, ont été trop dégradés par une mauvaise restauration.
Différentes vues du pignon Ouest en très mauvais état.
Le bombé du mur Le mur s’écarte Etayage du pignon ouest de la chapelle St Nicolas
Le bombé du mur, infiltré d’eau Le mur s’écarte de la toiture Décembre 2011, étayage du pignon Ouest

Dimanche 28 août 2016 : Septième “Pardon” de Saint Nicolas de Guer
Chaque année le dernier dimanche du mois d’août, l’association - S.A.G.H.P.G. - organise le “ Pardon de Saint Nicolas ” de Guer. Cette manifestation a pour objectif de réunir des fonds pour faire revivre la chapelle du village Saint Nicolas et pour cela, entreprendre les travaux de restauration.

Après le Père Jean-françois Audrain en 2010, le Père Olivier Lorne en 2011, le Père Roger Blot en 2012, le Père Stéphane Torquéau en 2013, le Père Antoine de Roeck en 2014, le Père Jean Gaspais en 2015, c’est le Père Joseph Mahé, prêtre de St Raoul, qui a célébré la messe de ce 7e Pardon. La statue de St Nicolas ne pouvant plus être déplacée pour cause de fragilté, elle a été remplacée par sa photo, reproduite sur un un “roll-up” de 2m sur 0,60m.

Après l’office et l’apéritif, la journée s’est poursuivie par un pique-nique réunissant une trentaine de convives (repas tiré du sac). Expo photos, généalogie, visite du village.. étaient aussi au programme. Beau temps, ambiance chaleureuse, tout était réuni pour une fête réussie. Belle journée..
Bravo aux organisateurs et merci aux participants !

Alors pourquoi fêter Saint Nicolas dans ce charmant village, fin août au lieu du 6 décembre ? Le créneau était libre et il y fait moins froid. C’est suffisant comme raisons, non ?


Maquette de la chapelle Saint Nicolas
De gauche à droite : David Colléaux, secrétaire trésorier de la SAGHPG - La maquette de la chapelle Saint Nicolas au 1/10e
- Le Père Antoine de Roeck, curé-doyen de Guer et Maurice Meneux, habitant de Saint Nicolas et auteur de la maquette.
31 août 2014 - Événement et surprise pour l’association, un habitant du village de Saint Nicolas a eu l’idée et la patience de réaliser une maquette au 1/10e de la chapelle Saint Nicolas de Guer et l’a dévoilée le jour du Pardon. Il a mis un an à la réaliser ; mais le résultat est parfait. Sur une ossature bois, il a recouvert les murs de ciment dans lequel il a incrusté 1870 coques de pistaches pour simuler les pierres. La toiture est constituée de 1200 ardoises découpées dans des plaques d’isorel et les deux vitraux de 80 pièces de verre chacun ; quand à la coiffe du clocheton, elle est bien sûr en zinc. Mesurant 90 cm de long et 30 cm de large, elle bénéficie d’un système d'éclairage et les portes sont articulées.
Très belle initiative ; souhaitons en premier lieu que le pignon Ouest redevienne identique à celui de cette maquette et que le reste suive. L’argent étant toutefois nécessaire aux travaux, les dons sont toujours acceptés.
Rue du village de St Nicolas Rue de l’église St Nicolas
Charmante ruelle du village Saint Nicolas en Guer Ruelle devant l’église Saint Nicolas

Mardi 22 septembre 2015, lors d’une visite de la chapelle avec les spécialistes départementaux du patrimoine, d’élus de la commune de Guer et de membres de l’association SAGHPG, j’avais remis à leur place (virtuellement) : la niche sur le retable, la statue de Saint Nicolas et celles des trois enfants. Mais devant le triste spectacle qu’offrait l’intérieur de la chapelle, Saint Nicolas précédé des trois enfants, descendirent aussitôt de l’autel et sortirent promptement par la porte Sud.
Survolez l’image avec la souris pour découvrir ! : Les statues à l’extérieur de la chapelle, devant la porte.

Logo SAGHPG

Société Archéologique Généalogique
et Historique du Pays de Guer

Président : Bertrand de RAGUENEL
Secrétaire - Trésorier : David COLLÉAUX

Pour toutes informations complémentaires :

Courriel : saghpg@hotmail.fr

Télécharger le formulaire d’adhésion à l’association ?
Cliquer ici - fichier .pdf

Logo de l’association : S.A.G.H.P.G.


Haut de Page