Accueil * Sommaire * Pg préc * Pg suiv * Fin
Introduction
De nombreux écrits ont été publiés sur l’histoire de COËTQUIDAN ; le premier en 1912, « l’Historique des Monuments et Seigneuries qui existaient sur le Camp » par le Marquis de BELLEVÜE ; plus loin en 1958, « l’Histoire du Camp de Coëtquidan » par le Colonel BABRON ; puis en 1981, « l’Histoire des Saint-Cyriens » par le Colonel CAMUS ; enfin plus proche de nous en 1989, « un Mémoire de maîtrise d’histoire sur le camp d’instruction national » par le Chef d’Escadron René PETER.

J’y ajouterai un ouvrage moins connu ; intéressant non seulement par le sujet traité mais également par la manière dont il l’a été : « Hôtel Nazareth ou les otages de Coëtquidan » Les faits se déroulent en 1941 pendant l’occupation allemande du camp.

Pourtant, parmi tous ces écrits, nulle mention de la pratique - pourtant très liée aux activités militaires - du culte catholique dans la garnison. Que ce soit pendant la période camp d’instruction ; qui dura tout de même 70 ans, ou bien depuis juillet 1945 ; date d’arrivée des Écoles à Coëtquidan.

Pages de couverture

Pages de couverture des différents ouvrages parus

Mon propos, à travers cet historique de la paroisse Charles de FOUCAULD récemment créée, est de parcourir en détail les différentes étapes qui menèrent à cette création. Réalisé sans prétention mais néanmoins basé sur des faits avérés et vérifiés ; il relate l’évolution « matérielle, mais aussi humaine » du culte catholique dans le camp de COËTQUIDAN, sur une période de plus de 90 ans.

Nous tenterons au fil des pages, de répondre à ces quelques questions : Pourquoi y a-t-il deux chapelles dans une même garnison ? Les aumôniers sont-ils nommés par le Diocèse de VANNES ou bien par le Diocèse aux ARMEES ? Pourquoi la chapelle Sainte Jeanne d’ARC est-elle située en dehors du Camp et qui en est propriétaire ? … Si les réponses à ces questions semblent évidentes aujourd’hui ; en réalité le chemin, pour parvenir à la situation actuelle, a été long et sinueux.

Nous distinguerons les deux chapelles pour plus de clarté ; en commençant par la plus ancienne. Puis nous terminerons par la liste de tous les aumôniers ayant desservi la paroisse.

Page précédente   Page suivante