Stèle “ Promotion KŒNIG ”            
Promotion E.M.I.A.  N° 10   “ Général KŒNIG ”  1970 - 1971
Promotion E.O.R.  N° 103  “ Capitaine RÉMY ”  juin à septembre 1971
Stèle à la mémoire des disparus, faisant face au Marchfeld Plaque de marbre, où sont inscrits les noms des victimes

Stèle “ A LA MÉMOIRE ” DES CADRES DES ÉCOLES ET DES 23 SOUS-LIEUTENANTS DE LA PROMOTION ‘GÉNÉRAL KŒNIG’ EMIA 1970-1971 MORTS EN SERVICE AÉRIEN COMMANDÉ À PAU LE 30 JUILLET 1971       (Liste des tués : format .pdf)

Dans le marbre de la stèle, sont gravés les noms des cadres des écoles et officiers-élèves décédés à PAU au cours du stage du brevet de parachutisme militaire, lors du crash de l’avion qui les transportaient. 2 officiers, 7 sous-officiers des écoles et 23 sous-lieutenants de la promotion E.M.I.A. “Général KŒNIG”, furent victimes de cette tragédie. Il est 14 heures 54 ce 30 juillet 1971 ; le nord 2501 FR.BABB, avec à son bord 34 parachutistes et 3 membres d’équipage vient de s’écraser dans la lande qui entoure la zone de saut.

Pour effectuer les six sauts réglementaires qui feront d’eux des brevetés parachutistes cent vingt sept élèves de l’E.M.I.A. avaient pris une semaine de permission à l’issue de leur scolarité à Coëtquidan.
Dans le groupe désigné pour sauter en premier, vingt trois élèves promus sous-lieutenants le 25 juillet, sept sous-officiers d’encadrement, et deux officiers, tous venus de Coëtquidan. Avec eux le capitaine BUISSON et l’adjudant SERGENT moniteurs à l’E.T.A.P.. Dans la cabine de pilotage du “Noratlas” le lieutenant GALICE et le sergent DUBOSQ, pilotes et un mécanicien l’adjudant HAVET.
Deux autres hommes les accompagnaient ; le capitaine de Montlebert, chef de l’instruction parachutiste de la B.E.T.A.P. et le lieutenant Garrot de l’E.M.I.A. parachutiste confirmé. Ces deux hommes sautèrent 2 minutes avant l’accident. Tout était normal à bord...

Inaugurée le 30 juin 1972 par le Général de BOISSIEU, Chef d’État-major de l’Armée de Terre, la stèle érigée à la mémoire des disparus était auparavant à l’ouest du stade “capitaine MALLET”, (nom de l’officier cdt la Division de l’Entraînement Physique et Sportif -D.E.P.S.-, décédé lors du crash) et situé près du 4e Bataillon.
Sur décision du général COSTEDOAT, commandant les Écoles (1995-1998), elle a été déplacée en 1995 à l’orée du bois d’hantel, face au Marchfeld. A cette même date, le Tournoi d’Athlétisme Inter Formations, autrefois appelé T.A.I.F., est devenu challenge Henri Mallet.

Sur la stèle, on remarque le nom de l’adjoint du capitaine MALLET ; le “Capitaine RÉMY”. Particulièrement apprécié des Élèves Officiers de Réserve et ayant été lui-même “Aspirant”, les E.O.R. de la promotion 103 -juin à septembre 1971-, le choisirent tout naturellement pour parrain.

Cette stèle “Promotion KŒNIG”, lieu de mémoire privilégié des anciens de cette promotion était également connue sous l’appellation de “Stèle MALLET”, en référence à son emplacement d’origine.